lundi 9 septembre 2019

Davantage de publicité à la télévision française

Et donc davantage de clients pour Netflix et Prime vidéo. Car qui veut des enfants suppliant pour des Kelloggs ou Barbie vus dans les pubs télé ?


https://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/le-ministre-de-la-culture-annonce-la-fusion-hadopi-csa-et-plus-de-pub-a-la-tele-n140085.html

mercredi 15 mai 2019

Lidl France défend un peu moins la Viande Française VF

Depuis 2014, Lidl assume de ne plus proposer du hard discount et on a vu revenir pléthore de marques dans les rayons, éjectant généralement leur produit Lidl 1er prix d'origine : coca, bouillon cube, café etc...

De même, la publicité se fait envahissante , surtout en télé, et on se doute bien que ça se répercute sur le prix payé en caisse et vous êtes nombreux à le remarquer : Lidl n,est plus la si bonne affaire qu'il était en arrivant en France ou, pour les frontaliers qui l'ont connu il y a plus de  20 ans, à ses origines en Allemagne.

Pourtant Lidl se démarquait sur son choix affiché de privilégier la VF Viande Française dans ses produits frais. Contrairement à ses concurrents hypermarchés en dehors des villes qui faisaient leurs premiers prix Viande en importation européenne (Carrefour par exemple), Lidl affichait fièrement ses barquettes VF même en 1er prix, quitte à être un peu plus cher sur les côtelettes de porc basiques ou découpes de poulet, et une qualité d'un bon niveau, rassurant les consommateurs sur les qualités d'élevage et de nutrition des bêtes selon les critères français.

Surprise en ce début mai de voir réapparaître (Paris, Lidl Villette) des découpes de poulet d'origine danoise et travaillées en Allemagne.

Pour un meilleur prix et lutter contre la concurrence ?

Même pas, le prix au kg est celui où on trouvait encore récemment les viandes françaises tant vantées par Lidl et ses "accords favorisant le revenu des agriculteurs"C'est simplement de la viande pas chère de nos voisins européens et vendus au prix de la viande française.

  • Un test pour voir si le consommateur est avaugle ou s'en fiche?
  • Un moyen de faire une bien meilleure marge alors que les abattoirs français sont sur la sellette?
  • Un moyen de rentabiliser après coup la bonne image que Lidl s'est fait à grand frais de publicité?
  • Une façon de faire de la marge en considérant que les hypermarchés n'attirent plus les consommateurs et qu'en ville les épiceries issues de Carrefour ou Auchan etc... pratiquent des prix bien plus élevés pour une clientèle bourgeoise?


Je n'ai pas la solution. En attendant, Lidl vend aux citadins des viandes d'origine moins réglementée et moins chère que la viande française... au prix de la la VF.
Et attention, on ne parle pas d'un magasin peu entable mais de celui qui fait un des plus gros chiffres de France : Lidl Villette 75010.

Qu'en est il chez vous?

AL prix relevés le 13 mai 2019

vendredi 7 décembre 2018

Le massacre des grandes forêts françaises

https://www.wedemain.fr/Enquete-Le-massacre-de-la-foret-francaise_a3794.amp.html Envoyé avec Revue de Presse ( https://play.google.com/store/apps/details?id=it.pinenuts.rassegnastampa )

Enquête : Le massacre de la forêt française

Depuis le XIXe siècle, notre pays a presque doublé sa surface forestière. Mais quelle forêt ? Défenseurs de l’environnement, propriétaires et agents forestiers se mobilisent contre les méthodes de l’office national des forêts.

Par Gérard Leclerc I Publié le 6 Décembre 2018



Retrouvez l'intégralité de cet article dans le dernier numéro de We Demain. Disponible en kiosques et sur notre boutique en ligne. 
 
Il y a neuf ans, Michelle M. a hérité d’une centaine d’hectares de bois en Poitou. L’année suivante, mauvaise surprise : un gestionnaire forestier, agréé par l’Office national des forêt, vient… couper à ras une dizaine d’hectares, dont 180 chênes centenaires ! Michelle découvre ainsi qu’elle a également hérité d’un plan de gestion de la forêt, obligatoire pour toute propriété de plus de 25 hectares sauf à rentrer dans des procédures compliquées pour vendre du bois et à perdre les avantages fiscaux sur les droits de succession et l’impôt sur la fortune. Elle accepte de mauvaise grâce. 
  
Deux ans plus tard, les tronçonneuses sont de retour. Michelle proteste et propose que l’on pratique au moins une coupe sombre (on ne coupe que quelques arbres de façon à ce que la lumière n’atteigne pas directement le sous-bois). Refus du forestier : ça prendrait trop de temps, il est plus rentable que les engins coupent tout là où ils sont. "J’apprends par la même occasion que mes chênes ne sont pas destinés à l’ébénisterie mais au bois de chauffage. Je dois “nettoyer” le sol de tous les noisetiers et autres arbustes, et replanter des espèces qui produiront des troncs les plus hauts possibles, sans branches basses pour éviter les nœuds qui gênent les industries du bois." 
  
Michelle se rebiffe, prend contact avec des associations et propose un plan de sénescence qui vise à préserver la forêt en la laissant évoluer. Mais les experts forestiers ne l’acceptent que pour 20 % de la propriété… La propriétaire poitevine vient de découvrir ce que l’ONF, appelle "la sylviculture dynamique". Une industrialisation de la forêt contre laquelle s’élèvent de plus en plus défenseurs de l’environnement, propriétaires et agents de l’ONF...